dimanche 26 juin 2016

Crevette-barbier, crevette-pistolet, crevette-mante

Il ne s’agit pas d’une espèce extra-terrestre mais d’une mante, qui peut rapidement présenter un danger mortel pour les petits poissons de l’aquarium. Il est conseillé de les héberger dans un aquarium spécifique. Photo : Kjersti - Fotolia
Le quizz du 26 juin. En aquariophilie marine comme ailleurs, il existe des contrevérités ou des faux amis qui sont bien installés dans les esprits et donc difficiles à éradiquer. Pour en venir à bout de manière ludique, nous vous proposons un quizz par jour, qui se veut éducatif sans se prendre au sérieux.

Cherchez l’intrus : crevette-barbier, crevette-pistolet, crevette-mante.

Réponse :

Les crevettes-barbiers sont appéciées des poissons qu’elles déparasitent. Elles sont très largement répandues : par exemple, Lysmata amboinensis dans toute la région Indo-Pacifique, Lysmata grabhami en Atlantique et Lysmata seticaudata en Méditerranée. Les crevettes-pistolets, ou alphéides, sont tout aussi communes. Parmi les crevettes, elles se distinguent par des traits morphologiques uniques, dont des yeux enfoncés dans la carapace et une « pince pistolet ». Cette pince, la pince gauche habituellement, produit le claquement si caractéristique de cette crevette discrète qu’on entend plus souvent qu’on ne l’observe. Certaines espèces vivent en symbiose avec un gobie, dont elles creusent et entretiennent le terrier. Alpheus randalli vit en association avec Stonogobiops nematodes, par exemple. En dépit de son nom, la crevette-mante n’est pas une crevette. Les crevettes comptent parmi les  crustacés décapodes (avec les crabes, les galathées, les langoustes) tandis que les crevettes-mantes sont des crustacés stomatopodes. Elles possèdent des pinces repliées qui sont comparables à celles des mantes religieuses. Les crevettes-mantes, ou squilles, utilisent ces pinces très puissantes pour briser coquilles et carapaces. Une autre caractéristique des squilles est leur incroyable vision qui se déploit à 360° : leur œil peut contenir jusqu’à 16 photopigments (contre seulement 3 chez l’humain !) dont 8 pour la couleur, 4 pour l’ultraviolet et 4 pour la lumière polarisée.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire